Monter son entreprise à la fin de ses études

Vous venez de terminer une formation et souhaitez vous lancer dans votre propre activité commerciale ? Une jeune entreprise innovante ? Il existe de nombreuses structures juridiques proposées par le code de commerce qui permettent d’organiser facilement et librement le début de son activité en évitant les contraintes juridiques et administratives.
En effet, il n’est pas toujours facile de créer une société lorsqu’on n’a pas vraiment d’expérience en la matière. Créer une entreprise nécessite de choisir le bons statut juridique, de remplir un dossier complet, et une aide à la création peut être apportée aux travailleurs indépendants par le Centre de formalités des entreprises ou une agence juridique.
Les formes sociales classiques proposées en droit des sociétés (société anonyme, société à responsabilité limitée, société en nom collectif, société en commandite) ne sont pas simples à appréhender. Pire encore, elles demandent la réunion de plusieurs associés ou actionnaires afin de pouvoir être constituées. Cependant, créer son entreprise peut également être entrepris par un freelance, s’il maîtrise les principales formalités juridiques.

Choisir une forme sociale adaptée à la création d entreprise

Pour lancer son activité, les deux formes sociales les plus conseillées sont le statut d auto entrepreneur ou sasu. Faciles à mettre en œuvre, le créateur d entreprise peut mener à bien son projet après la réalisation d’une simple étude de marché et d’un business plan qui lui permettront de trouver un financement. L’évaluation du chiffre d affaires annuel prévisionnel ainsi que des frais professionnels auxquels il sera confronté lui permettront d’opter pour le statut d autoentrepreneur ou un autre régime social.

L’auto entrepreneuriat

Si vous ne souhaitez pas créer une personne morale (société commerciale) pour lancer votre activité, vous avez la possibilité de passer par le statut d auto entrepreneur. Grâce à une simple déclaration à la chambre des métiers, vous obtiendrez votre numéro SIRET qui vous permettra de démarrer votre activité en toute sérénité.
Si votre chiffre d’affaire est limité à un certain plafond, devenir auto entrepreneur vous permettra de lancer votre activité et d’en apprécier la rentabilité avant de passer à une forme sociale plus solide si cette dernière se développe.

La société par actions simplifiée unipersonnelle

L’autre alternative laissée au créateur d entreprise est la constitution d’une société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU). Dans ce cadre, l’entrepreneur crée une véritable personne morale qui abritera son activité commerciale.Pour constituer une sasu, le créateur d entreprise doit procéder à la rédaction des statuts, le code de commerce lui laissant une grande souplesse en la matière pour y insérer les éléments qu’il souhaite, notamment en termes de gestion d entreprise.La société devra être immatriculée au registre du commerce (rcs) pour obtenir la personnalité morale, et un avis de création devra être publié dans un journal d annones légales. La SASU conclura alors les actes juridiques en son nom propre et les biens personnels de l’associé unique ne pourront as être appréhendés dans le cadre d’une procédure collective.

Comment choisir entre auto entrepreneur ou sasu

Si vous hésitez entre deux formes sociales (auto entrepreneur ou sasu), vous devrez consulter une agence juridique avec votre projet d’entreprise pour visualiser les avantages et inconvénients de chacune des deux formes juridiques. La répartition des bénéfices, les obligations de gestion au cours de la vie de l entreprise ainsi que l’optimisation fiscale réalisable vous seront alors indiqués.Le Centre de formalités des entreprises (Cfe) peut également vous apporter divers renseignement sur chaque structure juridique afin de vous aider à réaliser votre choix.

Written by Alain Lacom

Leregain communication | Zenoa magazine | http://www.abssice360.fr/